Quand Washington n’est plus qu’un bal… – Ivoir' Press | Presse & Portails de la Côte d'Ivoire
Monde

Quand Washington n’est plus qu’un bal…

Quand Washington n’est plus qu’un bal…
Ivoir' Press

La nuit appartenait aux danseurs, républicains pour l’essentiel, qui ont transformé Washington en un gigantesque bal jeudi soir, les invités en smoking passant d’une soirée à l’autre, leurs compagnes en robes longues et fourrures bravant les grands froids en escarpins, pour célébrer le début du second mandat du président George W. Bush.

Au total, tout ce que le pays comptait d’Américains suffisamment influents, riches et conservateurs pour participer à la célébration s’est réparti entre neuf bals officiels, représentant les 50 Etats de l’Union, et de nombreuses autres soirées privées.
New York, le New Jersey et la Pennsylvanie, étaient réunis sous le thème de la bannière étoilée, la Floride animant le bal de la liberté, l’Ohio le bal des patriotes, la Californie et une série d’Etats moins peuplés le bal de la démocratie. Les militaires et leurs familles étaient pour leur part réunis pour le bal du commandant en chef.
Marathonien de la fête, M. Bush a consacré une partie de la soirée à ce bal honorant les forces armées, avant de passer cinq minutes, montre en main, dans chacune des autres soirées officielles.
« Quelle journée spectaculaire » s’exclamait le président en promettant de consacrer ses quatre prochaine années à « permettre à chaque Américain de réaliser son rêve ». En conclusion, il ouvrait chacun des bals par une première danse, un brin hésitante, avec son épouse Laura, avant de disparaître derrière la scène tapissée de la bannière étoilée.
Cynthia Markam, blonde platinée aux épaules enveloppées d’une écharpe de soie aux couleurs nationales, n’en revenait pas d’avoir vu le président. « C’est la première fois, c’est merveilleux », trépidait cette commerciale d’un laboratoire pharmaceutique, venue du New Jersey (Nord-est).
Moins convaincue, Joanne Widley, regardait la foule un peu statique autour de la piste de danse qu’elle comparait à celle, plus festive, réunie pour le bal de la veille, sur le thème « smoking et bottes de cow-boy ». « C’est un peu coincé ici, je ne vais pas m’éterniser », confiait la jeune femme de New-York venue avec son ami, un républicain convaincu.
Le vice-président, Dick Cheney, a fait lui aussi un petit passage dans chaque soirée, saluant « tous ceux qui ont travaillé si dur pour la campagne » et célébrant « le premier jour du second mandat du président Bush ». Il assurait « nous sommes prêts à nous mettre au travail », en s’excusant de ne pas rester plus longtemps :  »

Le président m’attend au bureau tôt demain matin »…
Washington était loin d’être la seule ville à fêter le second mandat de M. Bush puisque le parti républicain, sur son site internet, recensait plus de 30.000 soirées officielles à travers le pays.
Les anti-Bush n’ont pas été en reste, organisant des soirées de protestations à travers la ville, tels les « milliardaires pour Bush » et leurs éternels gros cigares et fausses fourrures réunis dans une discothèque du centre, ou le bal « anti-investiture » réunissant plusieurs milliers de fêtards démocrates dans un grand club d’un ancien quartier industriel.

Mis en ligne le 21/01/2005 – La Libre.beExpress Infos – WASHINGTON (AFP)

Cliquez pour ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Monde

Voir d'Autres Sujets : Monde

Vous aussi, proposez-nous vos reportages photos, vidéos & écries et vous ferez peut-être la une

Envoyez tout cela à Ivoir' Press qui se chargera de la diffusion.

Mail : press@hgoah.org

          contact@ivoirpress.net

Ivoir' Press

Suivez-nous sur Facebook

Copyright © 2015 Ivoir' Press. Tous droits Réservés