Nouvelle armée ivoirienne : LE RESPECT DE L’ÉQUILIBRE DES FORCES N’EST PAS À L’ORDRE DU JOUR – Ivoir' Press
Côte d'Ivoire

Nouvelle armée ivoirienne : LE RESPECT DE L’ÉQUILIBRE DES FORCES N’EST PAS À L’ORDRE DU JOUR

Nouvelle armée ivoirienne : LE RESPECT DE L’ÉQUILIBRE DES FORCES N’EST PAS À L’ORDRE DU JOUR
Ivoir' Press

La cellule technique de réflexion sur la future armée devra produire un livre blanc pour aider les autorités à prendre des décisions.

Pour une actualisation de la loi de programmation militaire

La Commission nationale de désarmement, démobilisation et réinsertion (CNDDR) organise, depuis le 20 septembre au Golf hôtel d’Abidjan, un mini-atelier à l’intention des Forces de défense et de sécurité (FDS) et des Forces armées des Forces nouvelles (FAFN) avec l’appui d’experts civils en matière de défense. Il a pour thème principal “la restructuration des Forces de Défense et de sécurité”. Les réflexions sont menées dans le cadre d’une cellule technique comprenant les représentants des deux forces ex-belligérantes.

La future armée qui fait l’objet de la réflexion actuelle sera, a dit le Lt-Col Bamba Sinima des FAFN, “une armée véritablement républicaine, qui sera le creuset de la nation, un outil de défense avec des missions précises.” Elle devra surtout être indépendante des courants politiques comme c’est le cas aujourd’hui. “Dès lors qu’elle est politisée, ça désorganise le système de défense”. Bamba Sinima dit ne pas connaître de militaire qui fasse la politique ac- tuellement, c’est au contraire la politique qui a “ébranlé les structures de l’armée”.

Toutefois, il a précisé qu’il ne s’agit pas de “création d’une nouvelle armée” fondée sur la base d’un équilibre entre ex-combattants des FDS et FAFN comme c’est le cas au Rwanda pour la simple raison que les deux situations sont différentes. “Ce qui s’est passé au Rwanda est tout à fait différent de la Côte d’Ivoire. Les militaires des FN n’ont jamais cessé d’être membres des FDS.” Il s’agit plutôt d’une “restructuration en tenant compte des faiblesses de l’ancienne armée.” S’agissant donc des ex-combattants, il ramène tout le monde à la lecture des conclusions du séminaire de Yamoussoukro organisé par la CNDDR et qui demande la démobilisation de toutes les recrues après le 19 septembre 2002. Quitte à réintégrer ceux qui répondront aux nouveaux critères qui seront définis dans le cadre de la future armée.

Le colonel Yao Yao Jules, porte-parole des FDS, a pour sa part ajouté que l’atelier vise à “actualiser la loi de programmation militaire en application depuis 2000 en tenant compte de la nouvelle donne.” A savoir la crise qui a conduit à la partition du pays en deux, la création des FAFN. La nouvelle armée signifie pour lui l’armée ivoirienne. Il a également annoncé la production d’un livre blanc à la fin des travaux menées par la cellule de réflexion qui sera ouverte à toutes les couches socioprofessionnelles. Livre blanc qui sera remis aux autorités. Pour formaliser leurs réflexions, le Col. Yao Yao Jules a dit qu’un décret sera pris bientôt par le gouvernement précisant les missions de la cellule. Le mini-atelier qui prend fin le vendredi a été précédé de trois réunions. Il sera suivi d’un grand séminaire. Les objectifs visés par le présent atelier sont : proposer les grands axes de la nouvelle politique de défense et de sécurité ; planifier, conceptualiser et veiller à la mise en œuvre de la stratégie de défense ; superviser un audit des forces de défense et de sécurité et interpréter les conclusions ; veiller à l’application effective des mesures de réorganisation des FDS ; procéder à l’élaboration d’un document de programmation militaire ; identifier les financements nécessaires à la restructuration ; élaborer et concevoir un livre blanc sur la défense et la sécurité nationales ; aider à la consolidation des FDS à partir d’un objectif stratégique commun ; trouver toutes les formules et actions favorables à la mise en œuvre effective de la restructuration.
——————————————————————————–

Lt Col. Bamba Sinima (FAFN):
“L’arrêté de réintégration était inapplicable”

Peu après l’adoption du projet de loi d’amnistie en faveur de l’ex-rébellion (MPCI, MPIGO, MJP) par l’Assemblée nationale le 6 août 2003 et sa promulgation deux jours par le Président de la République, le ministre de la Défense par intérim décidait de la réintégration de ces militaires. Le ministre Assoa Adou, par décision n°0058/MD/DAL du 12 août 2003 portant réintégration des militaires indiquait: “En application de la loi n°2003-309 du 8 août 2003 susvisée, les militaires révoqués ou en instance de révocation pour désertion ou atteinte à la sûreté de l’Etat depuis le 18 septembre 2000 jusqu’au 10 août 2003 sont réintégrés dans les forces armées nationales. Les militaires concernés prendront toutes les dispositions pour rejoindre leurs unités respectives” (articles premier et 2).

Cela fait donc pratiquement 13 mois que cette mesure a été prise dans le souci de la réconciliation mais elle est restée sans suite puisque les Forces armées des Forces nouvelles, dirigées par le Colonel Soumaïla Bakayoko, n’ont pas réintégré leurs unités respectives. Et c’est le Lieutenant-Colonel Bamba Sinima, Chef de la division emploi opérations des FN, qui en a donné les raisons hier au Golf hôtel où il participe à un séminaire organisé par la CNDDR sur la restructuration de l’armée nationale. “Cet arrêté était inapplicable à notre niveau”, a-t-il affirmé pour la simple raison que les deux armées venaient de sortir de la belligérance et que la loi d’amnistie venait à peine d’être votée. A première vue, la confiance n’était pas encore de mise. Cependant, une autre raison, certainement plus essentielle, a dû motiver la réaction des FN et qui trouve sa solution dans le présent mini-atelier qui regroupe les Forces de défense et de sécurité (FDS) et les FAFN en plus d’experts civils. Notamment la réunification de l’armée qui semble, aux yeux du Lt-Col. Bamba Sinima, la meilleure traduction de la future armée. Sinon la réintégration n’exclut pas, selon lui, que les FDS rejoignent les FAFN.

PAULIN N. ZOBO

(Fraternite-Matin 23/09/2004)

 

Cliquez pour ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Côte d'Ivoire

Voir d'Autres Sujets : Côte d'Ivoire

Vous aussi, proposez-nous vos reportages photos, vidéos & écries et vous ferez peut-être la une

Envoyez tout cela à Ivoir' Press qui se chargera de la diffusion.

Mail : press@hgoah.org

          contact@ivoirpress.net

Ivoir' Press

Suivez-nous sur Facebook

Copyright © 2015 Ivoir' Press. Tous droits Réservés