MBeki met fin à la récréation – Ivoir' Press | Presse & Portails de la Côte d'Ivoire
Côte d'Ivoire

MBeki met fin à la récréation

MBeki met fin à la récréation
Ivoir' Press

Le Président Thabo Mbeki a pris le ferme engagement que le sommet de Tshwane (ex-Pretoria) sur la crise ivoirienne ne sera pas une rencontre de plus, mais l’épilogue. Hier, avant le déjeuner auquel il a invité les principaux protagonistes de la crise armée, il a clairement indiqué que du conclave devra nécessairement et obligatoirement sortir une fumée blanche. “Comme vous le voyez, nous avons avec nous le ministre de la Défense (Lekota Mosioua, président de l’ANC au pouvoir). Il m’a dit que le sommet n’aura réussi que lorsque je lui annoncerai que nous nous sommes mis d’accord. C’est seulement à ce moment-là qu’il autorisera les avions des délégations à décoller”, a déclaré Thabo Mbeki. Malgré l’hilarité qui a salué cette annonce, le médiateur a voulu exprimer son exaspération devant la lenteur de l’application de sa feuille de route et sa détermination à régler une fois pour toutes cette crise qui n’a que trop duré.
Ainsi, au Palais des hôtes, Thabo Mbeki a eu, à partir de 15 h locales, soit 11 h GMT, une séance de travail à huis clos avec le Président Laurent Gbagbo, Henri Konan Bédié (président du PDCI-RDA), Alassane Dramane Ouattara (président du RDR) et Soro Kigbafori Guillaume (secrétaire général des Forces nouvelles), en présence du Premier ministre Seydou Elimane Diarra. Ils vont, comme l’a précisé le médiateur, “examiner les progrès réalisés dans la résolution de la crise” et définir “les prochaines mesures à prendre” pour en sortir. Si le besoin se fait sentir, les accompagnateurs des différents responsables vont être associés aux discussions.
Du côté de la médiation, c’est en effet, le ras-le-bol devant la mauvaise foi et la surenchère des protagonistes qui font perdurer la crise et pourrir une situation socio-politique déjà délétère. C’est pour cette raison que Mbeki a tapé du poing sur la table et sonné l’hallali, en mettant devant leurs responsabilités et le miroir de l’histoire nos hommes politiques.
Un délai ferme n’a pas été donné pour la fin des discussions. Officiellement prévue pour prendre fin ce lundi, la rencontre pourrait se poursuivre si un gentleman agreement n’est pas trouvé entre d’un côté Laurent Gbagbo et le camp présidentiel, et de l’autre Bédié, Ouattara, Soro et l’opposition politique et armée. Dejà hier, il a fallu deux heures de temps pour commenter la lettre d’invitation du Président Mbeki avant que, en début de soirée, les participants ne commencent à discuter du premier point de l’ordre du jour: les réformes législatives votées en décembre 2004 et contestées par l’opposition politique et armée.
Les sujets qui vont focaliser les discussions à ce sommet vont porter essentiellement sur le désarmement des combatants, le mode de révision de l’article 35, le sort des textes de Linas Marcoussis qui auraient été “dénaturés” et les questions sécuritaires. Sur tous ces sujets, les divergences sont profondes entre les différents camps qui sont arrivés campés sur leurs positions.
Le médiateur de la crise a concocté ses conclusions qu’il va présenter aux protagonistes. Pour l’article 35, sa position n’a pas varié. Il est pour le référendum. Mais pour couper la poire en deux, il pourrait presser le Président Gbagbo de se déterminer en faveur du “Oui” à la modification des dispositions constitutionnelles portant sur les conditions d’éligibilité à la Présidence de la République.
Sur la délicate question du désarmement, Thabo Mbeki veut rassurer les rebelles qui redoutent d’être attaqués une fois qu’ils seront cantonnés. C’est pour cette raison que dans le prochain mandat des forces onusiennes en Côte d’Ivoire, le Conseil de sécurité de l’ONU n’écarte plus de faire figurer le désarmement en bonne place, pour aller à la réunification du pays et à l’organisation de la présidentielle selon les délais constitutionnels, c’est-à-dire en octobre 2005. Dans la même veine, Mbeki est prêt à tout pour donner des garanties de sécurité aux ministres issus de la rébellion afin qu’ils réintègrent le gouvernement de réconciliation nationale. Au-delà des principales revendications qui sont exhibées, se pose le problème de l’avenir de la rébellion. Que feront-ils et que deviendront-ils après le retour de la paix? Selon des sources proches de la médiation, il leur est conseillé de transformer leurs mouvements rebelles en parti politique pour tenter de prendre par les urnes le pouvoir d’Etat qu’ils ont n’ont pas réussi à obtenir par les armes.
Quant aux lois votées et promulguées, les carottes semblent être cuites. Le réexamen d’une demi dizaine de textes est non seulement fastidieux pour le temps qui reste à courir pour la présidentielle, mais aussi contraire aux lois en vigueur dans notre pays; de sorte que les opposants ivoiriens devraient faire contre mauvaise fortune bon cœur.
Dans tous les cas, Mbeki a mis hier tout le monde en garde. En soutenant que la montagne n’accouchera pas d’une souris cette fois, il a mis fin à la récréation. Au moment ou nous mettions sous presse, les discussions se poursuivaient à la Maison des hôtes. Envoyé spécial à Tshwane

Auteur: Bi Bally Maurice FERRO

Frat-mat – 04/04/2005

View Comments (1)

1 Comment

  1. Masilu

    23 août 2015 at 9 h 11 min

    Also, don’t forget, Zuma is a Zulu, Mbeki a Xhosa, algtouhh Zuma is not necessarily popular with all Zulu. This will split the ANC for sure, but made lead to ethnic violence all around. The Afrikaaners are not the only whites in SA, but they are the most proud and exist in the countryside. They will be targeted much more than the English.’Much worse for all South Africans is Zuma’s history with anything economic or financial. He has not only be shown to be incompetant with his own finances he is tight with all the wrong people when it comes to economic policy. It does not bode well for the best economy in Africa. They will get on for a while with the cash that natural resources bring, but it won’t last.What had Mandela done more to protect his legacy, it is all but lost now.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Côte d'Ivoire

Voir d'Autres Sujets : Côte d'Ivoire

Vous aussi, proposez-nous vos reportages photos, vidéos & écries et vous ferez peut-être la une

Envoyez tout cela à Ivoir' Press qui se chargera de la diffusion.

Mail : press@hgoah.org

          contact@ivoirpress.net

Ivoir' Press

Suivez-nous sur Facebook

Copyright © 2015 Ivoir' Press. Tous droits Réservés