Londres avait eu des contacts avec les ravisseurs de Bigley – Ivoir' Press
Monde

Londres avait eu des contacts avec les ravisseurs de Bigley

Londres avait eu des contacts avec les ravisseurs de Bigley
Ivoir' Press

LONDRES (Reuters) – Le ministre britannique des Affaires étrangères, Jack Straw, a confirmé vendredi soir que le gouvernement britannique avait échangé des messages avec les ravisseurs de Kenneth Bigley dans les jours ayant précédé l’assassinat de l’otage britannique.

Le ministre a ajouté que Tony Blair et lui avaient approuvé le contenu de ces messages, qui, a-t-il dit, n’était pas en contradiction avec la politique britannique.

« Il y a quatre jours, un individu a approché les services de l’ambassade de Grande-Bretagne à Bagdad en se présentant comme un intermédiaire possible avec les ravisseurs », a déclaré Straw à la presse.

« Il était très clairement dans l’intérêt de M. Bigley que nous fassions tout notre possible pour établir le contact. Des messages ont été échangés avec les preneurs d’otages afin d’essayer de les dissuader de mettre à exécution leur menace de tuer M. Bigley. »

« Mais à aucun moment ils n’ont renoncé à leurs demandes en ce qui concerne la libération des femmes prisonnières, même s’ils étaient parfaitement conscients qu’il n’y a aucune femme prisonnière sous notre garde en Irak », a expliqué le secrétaire au Foreign Office.

« Mais le Premier ministre et moi-même avons approuvé ces communications et nous avons approuvé leur contenu, qui était en conformité avec les déclarations publiques que nous avons fait tous les deux », a-t-il dit.

« Je ne crois pas que nous pouvions ou que nous aurions pu faire quoi que ce soit de plus que ce que nous avons fait », a-t-il estimé. « Rien ne peut justifier ce meurtre. C’est un crime horrible. »

Kenneth Bigley, dont la mort a été annoncée vendredi, avait été enlevé le 16 septembre dernier à Bagdad en compagnie de deux Américains, Eugene Armstrong et Jack Hensley, qui ont connu le même sort.

Le Djamaa at Taouhid wa Djihad (Groupe de l’unicité divine et de la guerre sainte) de Zarkaoui avait déjà décapité les deux expatriés américains.

Les ravisseurs réclamaient la libération des femmes détenues en Irak. Washington affirme ne détenir que deux femmes en prison, deux scientifiques impliquées selon les Etats-Unis dans les programmes d’armement chimique et bactériologique de Saddam Hussein.

Cliquez pour ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Monde

Voir d'Autres Sujets : Monde

Vous aussi, proposez-nous vos reportages photos, vidéos & écries et vous ferez peut-être la une

Envoyez tout cela à Ivoir' Press qui se chargera de la diffusion.

Mail : press@hgoah.org

          contact@ivoirpress.net

Ivoir' Press

Suivez-nous sur Facebook

Copyright © 2015 Ivoir' Press. Tous droits Réservés