Le FPI et les mouvements patriotiques préparent un coup – Ivoir' Press
Côte d'Ivoire

Le FPI et les mouvements patriotiques préparent un coup

Le FPI et les mouvements patriotiques préparent un coup
Ivoir' Press

“ Le 15 octobre sera l’épilogue de cette crise, l’aboutissement de toutes nos souffrances et des humiliations que nous avons subies ” dixit Pascal Affi N’Guessan. L’ancien Premier ministre et président du Front populaire ivoirien (Fpi) a battu hier, le rappel des troupes au niveau des partis politiques et organisations de la société civile, qui luttent pour la légalité républicaine. Une vingtaine de partis politiques et de groupements ont répondu à l’appel d’Affi N’Guessan dans une salle des fêtes de l’hôtel Ivoire pleine à craquer. Pour l’ancien Premier ministre, il est question aujourd’hui, pour le Front patriotique, de faire ce qu’il convient d’appeler l’ultime sacrifice. “ Nous abordons la dernière ligne droite, s’est-il exprimé, il nous faut plus que jamais rester mobilisés ”. Selon le président du parti au pouvoir, les mouvements patriotiques se sont battus depuis le début de l’agression dont leur pays fait l’objet. “ Ils se sont battus dans un désordre organisé ” a précisé Affi N’Guessan. Il a ajouté que l’heure est au grand rassemblement dans l’attente du désarmement prévu pour le 15 octobre prochain, conformément à l’accord politique d’Accra. Pascal Affi N’Guessan a indiqué que la réunification de la Côte d’Ivoire, pour la galaxie patriotique, était “ une chose non négociable ”. “ Que tombent les murs de Jéricho pour que nous retrouvions notre pays en entier ! ” a lancé le leader du Fpi. Avant de souligner qu’au soir du 15 octobre, les patriotes feraient “ le point de la situation ”. Prenant la parole, Charles Blé Goudé, leader charismatique de la jeunesse dans la lutte pour le sursaut national, s’est voulu circonspect : “ Je souhaite que les tactiques de combat soient tues avant le 15 octobre. Pour une fois, surprenons nos adversaires ”. Blé Goudé s’est refusé à dévoiler “ son plan de guerre ”, jouant la carte de la surprise. Le président de l’Alliance a simplement invité l’ensemble des partis politiques et mouvements de la société civile, chacun dans son créneau, à “ affiner sa stratégie ”. “ Nous avons décidé de donner dos au lait maternel. Cela a des conséquences ” a analysé Charles Blé Goudé, qui faisait allusion à la France. Pour lui, en effet, “ nous nous battons contre la France ”. “ Notre dernière bataille sera de faire échouer la France à travers les urnes en 2005 ” a terminé le président du COJEP (Congrès des jeunes panafricains). “ Le jour de notre jour ” Il a été relayé par Geneviève Bro Grébé, figure de proue de la lutte patriotique. “ La Côte d’Ivoire, a jugé l’ancienne ministre des Sports, sera ce que les Ivoiriens voudraient qu’elle soit ”. La libération de ce pays, selon elle, c’est bien le 15 octobre. “ Nous n’irons pas au-delà de cette date ” s’est empressée de dire Geneviève Bro Grébé, en réponse au député Martine Djibo, qui, bien avant la présidente du Midi, avait demandé un sursis aux patriotes. Bro Grébé Geneviève a annoncé hier qu’à compter du 15 octobre, si le désarmement n’a pas commencé, les patriotes se réservaient le droit d’interdire aux rebelles ministres de circuler dans la ville d’Abidjan. “ Aucun rebelle ne va circuler dans les rues d’Abidjan ” a-t-elle proclamé. “ Le 15, c’est véritablement le jour de notre jour ” a repris Watchard Kédjebo, leader du comité national pour la libération de Bouaké. A en croire Watchard Kédjebo, le 15 octobre, “ beaucoup de choses seront faites ”. “ Ca sera vilain et très bizarre ” a-t-il insisté. S’exprimant, dans la foulée des interventions, Djué Eugène de l’Upltci (Union pour la libération totale de la Côte d’Ivoire), a préconisé aux rebelles de désarmer. S’ils s’obstinaient à ne pas désarmer, les jeunes patriotes le feraient à leur place, a évoqué le « Maréchal » Djué. Tous les intervenants à la conférence de presse du Fpi et des organisations patriotiques n’ont eu de mot d’ordre que l’appel à la mobilisation. A écouter les propos des différents leaders, le 15 octobre est un jour plein de symboles, une date fatidique que tous attendent de pied ferme. Quelques mouvements à l’image de ceux de Djué Eugène et Charles Blé Goudé se disent déjà prêts à agir en cas de non respect par les rebelles de la date de début du désarmement.

— Kisselminan COULIBALY —

(SoirInfo — Vendredi le 8 Octobre, 2004)

Cliquez pour ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Côte d'Ivoire

Voir d'Autres Sujets : Côte d'Ivoire

Vous aussi, proposez-nous vos reportages photos, vidéos & écries et vous ferez peut-être la une

Envoyez tout cela à Ivoir' Press qui se chargera de la diffusion.

Mail : press@hgoah.org

          contact@ivoirpress.net

Ivoir' Press

Suivez-nous sur Facebook

Copyright © 2015 Ivoir' Press. Tous droits Réservés