Idriss Déby : la partition de la Côte d’Ivoire dangereuse pour toute l’Afrique – Ivoir' Press
Monde

Idriss Déby : la partition de la Côte d’Ivoire dangereuse pour toute l’Afrique

Idriss Déby : la partition de la Côte d’Ivoire dangereuse pour toute l’Afrique
Ivoir' Press

Une partition de la Côte d’Ivoire, coupée en deux depuis le déclenchement d’une rébellion en septembre 2002, reposerait la question des frontières en Afrique et serait dangereuse pour tout le continent, a averti le président tchadien Idriss Déby dans Le Figaro daté de jeudi.
« Il appartient maintenant à l’Union africaine (UA) et à l’Onu d’aller vite et de s’engager jusqu’au bout, sinon la division de la Côte d’Ivoire sera consommée », a estimé dans une interview au quotidien le président Déby, actuellement en visite privée en France.

« On assistera à la remise en question totale du principe qui a préservé l’Afrique jusqu’ici, celui de l’intangibilité des frontières héritées de la colonisation », a-t-il mis en garde, appelant à l’application des accords de paix de Marcoussis, signés en France en janvier 2003 mais restés inappliqués depuis.

Evoquant la crise du Darfour (ouest du Soudan), M. Déby a affirmé que le gouvernement et la rébellion doivent profiter de la reprise des discussions à Abuja, prévue début février, « pour entamer une véritable négociation ».

Il a plaidé pour « des négociations séparées » de l’UA avec chacun des deux mouvements rebelles.

L’une des deux rébellions du Darfour, le Mouvement pour la justice et l’égalité (JEM), va en effet « beaucoup plus loin » que l’autre groupe, le Mouvement pour la libération du Soudan (SLM), a-t-il analysé.

Le JEM « réclame comme préalable à la reprise des négociations la libération de Hassan al-Tourabi », dirigeant islamiste actuellement détenu, a-t-il indiqué.

Le chef de l’Etat tchadien a en outre insisté sur les conséquences pour son pays de la crise du Darfour, alors que 250.000 réfugiés soudanais ont fui la province soudanaise vers l’est du Tchad.

« La communauté internationale, à part la France, ignore totalement le poids économique et sécuritaire supporté par le Tchad, y compris par les Nations unies qui ne voient pas la destruction de nos routes par les centaines et les centaines de camions qui desservent les camps », a-t-il déploré

(Le Figaro 20/01/2005)

Cliquez pour ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Monde

Voir d'Autres Sujets : Monde

Vous aussi, proposez-nous vos reportages photos, vidéos & écries et vous ferez peut-être la une

Envoyez tout cela à Ivoir' Press qui se chargera de la diffusion.

Mail : press@hgoah.org

          contact@ivoirpress.net

Ivoir' Press

Suivez-nous sur Facebook

Copyright © 2015 Ivoir' Press. Tous droits Réservés