Houphouët-Boigny Marie-Thérèse – Ivoir' Press
Actualités

Houphouët-Boigny Marie-Thérèse

Houphouët-Boigny Marie-Thérèse
Ivoir' Press
DE Toumodi Brou‎ à NOUVELLES DE MON PAYS (NDP)

4 h · 

#NDP_CULTURE
#NDP_MARIE_THERÈSE_HB
#NDP_TOUMODI_MA_VILLE
#NDP_ATALAKU
NOTRE TOUTE 1ÈRE DAME

Marie-Thérèse Houphouët-Boigny est née Thérèse N’Goran Brou , le 17 septembre 1930 en Côte d’Ivoire. Elle est l’aînée des filles de Lambert Yao Brou, inspecteur des douanes en Côte d’Ivoire et de Suzanne Aya Folquet. Les familles Folquet et Brou font partie des premières familles bourgeoises formées au début du xxe siècle dans le pays, ayant accès à l’éducation universitaire et à certains privilèges. La famille Brou est liée de près avec le centre du pouvoir traditionnel Baoulé. Originaire du village royal de Sakassou, elle est apparentée à la grande dynastie « Ahoua du Walêbo ». Suzanne Folquet, sa mère, est issue d’une grande famille bourgeoise métisse. Née à Bondoukou en 1906, elle est la sœur du patriarche de la famille Folquet. Ce dernier a eu quatre enfants qui comme sa nièce auront des postes d’influence en Côte d’Ivoire. Thérèse Brou a des origines françaises par cette famille maternelle dont l’ancêtre est venu s’installer en Côte d’Ivoire au xixe siècle, et dont les descendants feront partie des quelques familles bourgeoises qui émergeront les premières en Côte d’Ivoire, dès le début du xxe siècle. Thérèse Brou a cinq frères et quatre sœurs : Martial, Casimir, Séraphin, Léon, Benoît et Henriette, Béatrice, Brigitte, Martine[1].
La famille de Thérèse Brou était amie avec Félix Houphouët-Boigny depuis le début des années 1930. Certaines rumeurs feront état d’un lien de parenté entre l’ancien président de Côte d’Ivoire et la famille Folquet elle-même. Félix Houphouët-Boigny a même été le témoin de mariage de Joseph Folquet, frère de Suzanne, qu’il cottoyait et recevait régulièrement à Villepinte en région parisienne, où le député possédait un pavillon dans les années 1930-1940. Ces affinités et l’ascendance aristocratique de la famille Brou renforcera plus tard, lorsqu’il devient un homme politique en 1945, les alliances et les liens entre cette grande famille et Félix Houphouët-Boigny, dont l’amitié avec les Brou s’avèrera politiquement bénéfique, et symbolisera un rapprochement avec le centre du pouvoir politique Baoulé. Thérèse Brou fait sa scolarité à l’École normale de filles de Bingerville (première capitale de Côte d’Ivoire) et au lycée Mamie Faitai de Bingerville. Ses aptitudes scolaires lui valent de compter parmi les 13 filles 148 boursiers qui seront envoyés en France dans le cadre de leurs études en 1946, sur impulsion du député ivoirien en France d’alors, Félix Houphouët-Boigny. C’est donc adolescente, à 16 ans, qu’elle arrive en France, où elle choisit de se spécialiser dans l’assistance.

Thérèse Brou fait la rencontre de Félix Houphouët-Boigny, alors député , au tout début des années 1950 à Paris, lors d’un déplacemeent de celui-ci, alors qu’elle est encore qu’étudiante. Tombé sous le charme de la jeune femme, Félix Houphouët-Boigny manifeste rapidement le désir de l’épouser. Il était déjà uni à Kadhidja Racine Sow, pour qui il avait reçu une « dispense de disparité de culte délivrée par le pape afin de l’épouser à l’église (Kady Sow était musulmane et une union avec une non-chrétienne était, en ce temps-là, un phénomène d’une rareté absolue. C’était l’autorisation pour la rendre possible que l’on appelait la « dispense de disparité de culte »). Pourtant, le caractère exceptionnel de son mariage religieux n’empêchera pas Félix Houphouët-Boigny de se séparer, en 1950, de Kadhidja Sow avec qui il était uni et qui lui aura donné quatre enfants. Un tracas était né de là, sur lequel allaient inévitablement se heurter les relations de Félix Houphouët-Boigny avec les prêtres. Pour ces derniers, l’affaire était d’autant moins aisée que l’homme, en se mettant immédiatement en ménage avec Thérèse Brou, ne leur avait laissé aucune possibilité d’intervention.
Malgré de nombreuses difficultés , Félix Houphouët-Boigny épouse la jeune Thérèse Brou en secondes noces. Jean Delafosse était l’officier d’état civil qui avait célébré cette union le 22 juillet 1952, à l’hôtel de ville d’Abidjan . C’est seulement en 1964 que le Vatican autorise un mariage religieux (fait très rare et le second pour Houphouët-Boigny). Seize années plus tard, c’est Monseigneur Yago lui-même qui mariera religieusement Félix et Thérèse. La cérémonie, fixée au 9 mai 1980, a pour cadre la chapelle privée de la résidence de l’archevêque à Cocody (Abidjan). Elle devient dès lors Marie-Thérèse Houphouët-Boigny.
Marie-Thérèse et Félix Houphouët-Boigny n’auront pas d’enfants ensemble, mais en adoptent officiellement deux : Hélène et Olivier. Elle adoptera ensuite deux filles en quelques années d’intervalle : Marylise et Myriam.

Cliquez pour ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualités

Voir d'Autres Sujets : Actualités

Vous aussi, proposez-nous vos reportages photos, vidéos & écries et vous ferez peut-être la une

Envoyez tout cela à Ivoir' Press qui se chargera de la diffusion.

Mail : press@hgoah.org

          contact@ivoirpress.net

Ivoir' Press

Suivez-nous sur Facebook

Copyright © 2015 Ivoir' Press. Tous droits Réservés