Grand-Bassam historique se meurt! – Ivoir' Press | Presse & Portails de la Côte d'Ivoire
Actualités

Grand-Bassam historique se meurt!

Grand-Bassam historique se meurt!
Ivoir' Press

Le village historique de Grand-Lahou englouti à jamais. Triste! C’est un pan entier de notre histoire commune perdu à jamais.

La route des esclaves. Le projet « La Route de l’esclave » est le rappel du passage de la traite négrière sur les côtes de vent atlantique, notamment à Cap-Lahou ou Lahou-Kpanda, appelé aujourd’hui Grand-Lahou entre le XVè et XIXè siècle.

Dans quelques années, des passionnés de découvertes océanique viendront remonter les vestiges et iront les exposer dans leurs musées.
Comme leurs grand-parents et leurs parents avant eux, nos enfants pleureront comme des gamins et voudront récupérer ce que nous n’avons pas su protéger et conserver. Pauvres africains, pauvres ivoiriens.

Plusde 500 km de littoral avec une avancée moyenne de la mer de 1m/an.
Que d’histoires ! Que de sites merveilleux !

Le phare du Port Bouet de mon enfance connaîtra certainement le sort du phare d’Alexandrie. Les merveilles ne finissent-elles pas par sombrer ?
Et on se bat pour des peccadilles. On se bat pour ce qui ne va pas nous survivre quand ce que nous allons laisser aux générations futures retient à peine notre attention.

Toute chose étant égale par ailleurs, on construit Gonzague coté mer et dans quelques années aussi tout comme ces bâtiments qu’on détruit maintenant parce qu’ils sont sur des emplacements inappropriés ou mal pensés, la mer et la lagunes revendiqueront leurs droits éternelles.

Je ne suis pas un expert en ces choses et encore moins un moralisateur. Par honnêteté intellectuelle, je laisse des personnes qui peuvent d’arroger ces titres de vous instruire. Et « Pour que demain ne meurt jamais », ils nous disent :

« Aujourd’hui, les acteurs locaux de la société civile et du monde des affaires semblent relativement peu engagés en Côte d’Ivoire. L’absence ou le peu de débats publics sur les questions de changement climatique en Côte d’Ivoire et le peu d’intérêt qu’accorde l’opinion à ce sujet traduisent l’idée communément répandue que les effets des changements climatiques se manifesteront dans le futur.

Il n’en demeure pas moins que les stratégies pour s’adapter ou atténuer les changements climatiques nécessitent des actions coordonnées et une adhésion de tous les acteurs nationaux (gouvernement, politiques, société civile, secteur privé). Cette implication des acteurs commence par une plus grande compréhension au sein de la population de ce qu’est le changement climatique, ses origines, ses conséquences et les moyens d’adaptation disponibles pour y faire face.

Il est important que chaque Ivoirien(ne) comprenne qu’il ou elle peut améliorer sa relation avec la nature et contribuer à son humble niveau à la lutte contre le changement climatique. Cela peut être un individu qui favorise les transports publics plutôt que l’utilisation de la voiture ou encore une entreprise citoyenne qui finance un projet de reforestation. »

Cela peut-être aussi de s’inscrire dans le slogan ‘Un jour Abidjan sera comme #Kigali.

Partout les peuples et les nations se battent pour léguer le meilleur aux générations futures. Et toi que veux-tu laisser comme héritage à nos enfants ?

Nous passons mais la Côte d’Ivoire et l’Afrique restent. Nul ne doit se désengager du combat contre les effets du changement des systèmes climatiques et hydriques.

Demain ne doit pas mourir dans la main de cette génération.

Bon début de semaine et à samedi quelque part dans un caniveau à Abidjan.

Cliquez pour ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir d'Autres Sujets : Actualités

Vous aussi, proposez-nous vos reportages photos, vidéos & écries et vous ferez peut-être la une

Envoyez tout cela à Ivoir' Press qui se chargera de la diffusion.

Mail : press@hgoah.org

          contact@ivoirpress.net

Ivoir' Press

Suivez-nous sur Facebook

Copyright © 2015 Ivoir' Press. Tous droits Réservés