Good Morning : Le pardon et nous – Ivoir' Press | Presse & Portails de la Côte d'Ivoire
Actualités

Good Morning : Le pardon et nous

Good Morning : Le pardon et nous
Ivoir' Press


Gnadou Dano Zady a partagé une publication de Synzi Dadié accompagnée du commentaire suivant.

La prochaine Côte d’Ivoire, au sortir de ces multiples crises, aura besoin des acteurs qu’il faut à la place qu’il faut pour la constitution d’une équipe nationale pour conduire notre pays sur la voie de la normalité. 
Une équipe nationale des Éléphants de Côte d’Ivoire où le meilleur, le mérite et le choix des uns et des autres, ne seront pas de vains mots mais déterminés par un comportement exemplaire. Ils pourront et devront être issus de toutes les équipes politiques et civiles qui auront eu à démontrer leur attachement à la paix de la mère-patrie. 
Nous avons, Synzi Dadié, la même vision. 
Vivement la position du peuple éclairé par ce post partagé afin de reconstruire ensemble avec lui demain, la paix tant espérée dans notre illustre pays.

Ladite publication de Synzi Dadié ci-dessous

Good Morning : Le pardon et nous

Quand à la suite d’une crise comme celle qu’a connu la Côte d’ivoire, des gens pataugent à brandir les expressions « Pardon » « On va pardonner mais pas oublier », « une faute avouée est à moitié pardonnée »… Ce n’est ni pour la paix du coeur ni pour le bon sens en faveur d’une nation qui doit avancer. Car pour avancer, il faut absolument s’imposer la rigueur d’inscrire un modèle social et politique aux plus jeunes.

Mais plutôt par hypocrisie, naïveté et surtout la phobie de l’idée de ne pas aller au paradis.
Le pardon n’existe pas chez les humains. C’est divin et relève uniquement des prérogatives de Dieu. Lui seul peut pardonner les péchés de ses créatures (Absolution, table raze et effacement total du péché).


Un humain, ça procède par l’acceptance et l’idée de ne pas vouloir se venger quand cet humain, après avoir été victime, se retrouve en position de force.
Dans le cas de la Côte d’ivoire où les victimes (je ne parle pas d’acteurs politiques), sont en position de faiblesse, il ne s’agit ni de pardon, ou d’acceptance. Mais plutôt de « faire avec ». 
Tu colportes mille crimes, tu as toujours l’escrime en main, tu vas vers eux et tu leur demandes de te pardonner et en même temps tu veux chercher tout de suite, hic et nun, leur faveur pour devenir leur chef, c’est à dire le décideur de l’avenir de leurs enfants qui ont eu la vie déchirée à cause de toi et tes kalachnikov et tes crimes. Ils vont te dire quoi, si ce n’est « on va faire avec ».
Les chefs de villages vont te dire quoi si ce n’est t’accueillir. Les populations de Doukoué vont te dire quoi si ce n’est « Assêh ooh ».

Politiciens, gagnez en maturité.
La vengeance est laide et sans fin, certes. Ce n’est pas non-plus le meilleur chemin. Mais on a aussi droit à la dignité. Celà passe par l’indifférence. Que donc les criminels plaident pour l’impunité à vie et abandonne la chose publique et la politique pour manger, durant le reste de leur vie, les prébendes amassées. Et qu’ils laissent la côte d’ivoire se chercher. Des gens pour inventer un autre avenir, ça existe en CI. Y a pas que vos tronches de criminels recyclés et mal déguisés en sauveurs bourrés de lames et de poudre à canon.

Change.

Cliquez pour ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir d'Autres Sujets : Actualités

Vous aussi, proposez-nous vos reportages photos, vidéos & écries et vous ferez peut-être la une

Envoyez tout cela à Ivoir' Press qui se chargera de la diffusion.

Mail : press@hgoah.org

          contact@ivoirpress.net

Ivoir' Press

Suivez-nous sur Facebook

Copyright © 2015 Ivoir' Press. Tous droits Réservés