Donnons une chance à ces gosses – Ivoir' Press
Non classé

Donnons une chance à ces gosses

Donnons une chance à ces gosses
Ivoir' Press

En 1893, la côte. Est devenue colonie française. Le colon à mis en place un système éducatif. Il était conscient que c’est le type de système qu’il lui fallait pour avoir une élite malléable. L’administration coloniale était tout aussi conçue à l’avenant.
1960, on devient indépendant. Le colon fait des retouches dans l’administration et nous la cède avec l’école. Il sait que dans 30 ans, quand on passera à une nouvelle génération d’élite, il y aura blocage et le système craquera, de sorte qu’on ait recours à son appui par des aides et appuis techniques et financiers.
Nos élites du temps de l’indépendance avec à leur tête des politiciens, tombent dans la paresse et le « on n’a pas besoin de réinventer la roue ». Surtout après avoir vu pour leur première fois, la france et sa neige. C’est merveilleux. On sera comme eux un jour.
On laisse donc la chose comme telle. Paresseux intellectuellement et bien formaté, on reconduit le système avec des noms moins coloniaux. D’un côté l’enseignement générale et l’autre le professionnel comme si au finish, tous les apprenant n’étaient destinées à devenir des PROFESSIONNELS.

Dans l’administration, on a des préfets et sous préfets signeur de papier. On dit qu’il représente le ministre de l’intérieur. Alors que qu’il y a le commissaire centrale. Alors que chaque ministère a sa direction sur place.On a une école au contenu édulcoré et une pédagogique figée.
De temps en temps, on regarde du côté de la France et de ses directives UNESCO et on fait de petites retouches creuses. Ainsi, depuis 1990, l’école est criblée. L’élite qui en sort est corodée, l’administration patronique est corsée, corrompue, vermoulue et rébarbative avec des relais répétitifsur inutiles.
1995, le chaos, on réalise que ça ne marche pas. Mais plutôt que te tenir des assises pour repartir de zéro, on extrapole les nouvelles couleur de l’école occidentale avec ses nouvelles matières. Des écoles boutiques pompeusement appelées Grandes écoles poussent. Des BTS pleuvent. L’université piétine et pourri. Les bacheliers s’accumulent dans les amphis comme esclaves dans des cales de négrier.
Oh non, faut pas reformer. Le PDCI à batti ce pays avec cette école. Avec cette administraton. Pourquoi les changer donc! On engage la violence contre les étudiants. On musèle tout. Et on continue. Derrière les élèves et les chômeurs s’amassent.
2000, les enseignants arrivent au pouvoir. L’air des réformes se fait sentir. On parle de refondation. Un pas n’est pas fait que, le politique dominant, on imposé une rébellion. Elle est laide et menée par une gouailles entaillée qui revendique tout sauf l’essentiel. Leur chef confirme qu’ils revendiquent le port du bouboucar. Elle décapite l’école au nord. Crampe l’élan d’investissement au Sud. Gbagbo est encarcanne. 2010-2011, après guerre et sang « versed », l’homme qu’il faut arriver au pouvoir. Puisque les rebelles disent que c’est lui qui leur donnait du riz , que sans lui au pouvoir, il CI sserait ingouvernable, il est assis.
Surprise générale, il confirme l’école à une chialeuse des gradins. Elle ne connaît rien à l’école. Mais elle doit gérer l’école. Incapable de lancer des assises pour des réformes de droit, elle se contente de mercantilisme et de petites ammplette de papier cu , se perdant de temps en temps dans des sorties médiatiques enflammées pour riposter violemment à un syndicalisme alambique. 2015, le trou est trop grand. Il faut tout y verser. L’école est définitivement enterrée.
c’est dans ce décor de gang affamé que l’école ivoirienne se dirige vers 2020 avec un élite hasardeuse, violente, à microbe , surtout un modèle à la kalachnikov qui aura finit par faire école et convaincre que « Amour papier longueur magni » la violence est mieux.

On a besoin de changer. Consulter nous, consulter tout le monde, nous allons sauver l’école, si nous ne voulons pas que nos enfants nous tuent demain.
Donnons une chance à ces gosses!

Cliquez pour ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Non classé

Voir d'Autres Sujets : Non classé

Vous aussi, proposez-nous vos reportages photos, vidéos & écries et vous ferez peut-être la une

Envoyez tout cela à Ivoir' Press qui se chargera de la diffusion.

Mail : press@hgoah.org

          contact@ivoirpress.net

Ivoir' Press

Suivez-nous sur Facebook

Copyright © 2015 Ivoir' Press. Tous droits Réservés