Deux ans après l’attaque du 19 septembre: Gbagbo s’entête dans l’option militaire – Ivoir' Press
Politique

Deux ans après l’attaque du 19 septembre: Gbagbo s’entête dans l’option militaire

Deux ans après l’attaque du 19 septembre: Gbagbo s’entête dans l’option militaire
Ivoir' Press

L’attaque du 19 septembre 2002 a blessé Laurent Gbagbo et ses sbires dans leur amour propre. Car, ils n’ont jamais digéré un tel affront. C’est pourquoi selon des indiscrétions, le président Gbagbo promet de faire descendre un déluge de feu sur les Forces nouvelles.

Le 19 septembre 2002 a été très fatal aux forces loyalistes. Pour justifier cette défaite, le président ivoirien trouve que son armée a été surprise et qu’il n’avait pas suffisamment d’armes en ce moment-là pour se défendre. C’est ainsi que l’exécutif ivoirien a alors acheté des armes lourdes et légères, et des avions de combat. Pour ne pas avoir à faire un gaspillage, Gbagbo décide de les mettre à l’essai. Pour ce faire, lors de la déclaration de fin de guerre des Fanci et des Fafn, l’an dernier, « le boulanger » comme à l’accoutumé, a tenu un langage codé, mais suffisamment explicite. « La fin de la guerre des militaires c’est une excellente chose. C’est une très bonne chose. Mais, la fin de la guerre des militaires n’est pas la fin de la guerre. Je ferai un discours à la nation le jour où j’estimerai que le moment est venu pour que la page soit définitivement tournée », avait-il lancé aux militaires et à la communauté internationale qui attendaient de lui plus de mots et d’actes allant dans le sens de la paix et du pardon. A l’analyse, cet homme n’a jamais renoncé à son entreprise. Il veut en finir à tout prix avec les Fafn. En effet, à la Une des journaux bleus, avant-hier, Gbagbo annonçait déjà son écrasante victoire sur les Forces nouvelles. Pour la remporter, il s’est allié au sergent-chef Ibrahim Coulibaly connu sous le sobriquet de ‘’IB’’. Même si ce dernier a tenté un rapprochement avec les Forces nouvelles, le mois dernier, toujours est-il qu’IB reste avant tout un élément dangereux. Dans cette nouvelle alliance, les deux hommes ont mené des attaques contre les positions des Forces nouvelles. La dernière en date est l’attaque du cortège du ministre d’Etat, Guillaume Soro, secrétaire général des Forces nouvelles, sur la route de Ouangolodougou. De plus, Korhogo a été le théâtre d’affrontements entre les assaillants et les forces armées des Forces nouvelles. Au cours de cet affrontement armé, l’homme de main du sergent-chef IB, le caporal Bamba Kassoum dit ‘’Kass’’ a été tué. Ensuite, au centre-ouest du pays, dans la nuit du 06 et 07 juin, une bande d’éléments incontrôlés’’ de l’aile d’IB a fait feu à Gohitafla et à Ity. Par ailleurs, l’ex-président de la refondation, peut-il déclencher encore les hostilités dans ce pays ?
Face à la mobilisation de la communauté internationale et de l’Onuci en Côte d’Ivoire, Gbagbo ne peut plus déclarer la guerre aux Forces nouvelles. Toute initiative entreprise avec quiconque risque d’échouer par la simple interposition des forces impartiales venues pour la circonstance. A vrai dire, les refondateurs sont à bout de souffle, ils sont sur les dents. Et pour se donner du courage, le Fpi a, semble-t-il, trouvé une nouvelle arme, la diversion.

C. M

(Le Front 25/09/2004)

Cliquez pour ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Politique

Voir d'Autres Sujets : Politique

Vous aussi, proposez-nous vos reportages photos, vidéos & écries et vous ferez peut-être la une

Envoyez tout cela à Ivoir' Press qui se chargera de la diffusion.

Mail : press@hgoah.org

          contact@ivoirpress.net

Ivoir' Press

Suivez-nous sur Facebook

Copyright © 2015 Ivoir' Press. Tous droits Réservés