Agriculture : conseil coton anacarde/noix de cajou – Ivoir' Press | Presse & Portails de la Côte d'Ivoire
Actualités

Agriculture : conseil coton anacarde/noix de cajou

Agriculture : conseil coton anacarde/noix de cajou

Anacarde

Premier exportateur mondial de noix de cajou, la Côte d’Ivoire espère maintenir son rang pour la campagne 2018 qui prendra fin bientôt. Cette année le Conseil Coton Anacarde (CCA) s’est donné deux défis dont nous espérons qu’il relèvera.
Le premier est axé sur les fuites de la noix de cajou dans les pays voisins. L’année dernière c’était le Ghana et cette année s’est ajouté le Burkina Faso. En effet cela est dû au prix bord champs fixé qui n’arrange pas les exploitants. Les pays voisins proposant plus, les exploitants sont obligés pour avoir des revenus sur leur exploitation, ceux-ci préfèrent le vendre aux acheteurs clandestin. Ainsi non seulement la douane doit améliorer son contrôle aux frontières mais le Conseil Coton Anacarde doit revoir le prix.

C’est ce qui fut, Le prix bord champ qui était fixé a 500f est monté de 700f voire 900f en moins de deux semaines après le lancement de la campagne afin de mettre fin aux fuites pour garder la première place mondiale en espérant franchir la barre des 750.000 tonnes, soit une hausse d’un peu plus de 5% par rapport en 2017. Une production qui devrait donc passer de 22% à près de 27% de la production globale de l’Afrique de l’Ouest.

Le second défi est celui de la transformation au niveau local. Faut dire que 68% soit l’essentiel de la production ivoirienne prend la route du Vietnam, 28% la route de l’Inde et a un degré moindre le Brésil 3%. Les quelques unités de transformation installées n’ont pas encore la capacité de transformer la noix de cajou à grande échelle. Or une véritable politique de transformation au niveau local aura pour résultat la création de plus d’emplois et de plus de terres cultivées dans ce secteur. Il faut dès maintenant maitriser les prix afin de ne pas subir demain comme c’est le cas aujourd’hui pour le cacao, l’hévéa. La noix de cajou de Côte d’Ivoire doit s’imposer sur le marché international.

Kadjo Eurielle

Cliquez pour ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir d'Autres Sujets : Actualités

Vous aussi, proposez-nous vos reportages photos, vidéos & écries et vous ferez peut-être la une

Envoyez tout cela à Ivoir' Press qui se chargera de la diffusion.

Mail : press@hgoah.org

          contact@ivoirpress.net

Ivoir' Press

Suivez-nous sur Facebook

Copyright © 2015 Ivoir' Press. Tous droits Réservés