Bedie : 2005, annee du militantisme pour la paix et la fraternite – Ivoir' Press | Presse & Portails de la Côte d'Ivoire
Côte d'Ivoire

Bedie : 2005, annee du militantisme pour la paix et la fraternite

Bedie : 2005, annee du militantisme pour la paix et la fraternite
Ivoir' Press

Mes chers compatriotes,

L’annee 2004 s’acheve en nous laissant l’amer constat de l’interminable cortege des exactions de toute nature subies par la Cote d’Ivoire, les Ivoiriens et tous les habitants de notre pays. Ces evenements ont a la fois endeuille nos familles, plonge la societe ivoirienne dans le desarroi et ecorne durablement la belle image de notre jeune nation.

En cette fin d’annee, nous souhaitons vivement que cessent ces violences et que les parties qui disposent des armes de mort s’engagent resolument dans le processus de la reconciliation et de la paix sans lesquelles il serait illusoire de vouloir ramener notre pays dans la stabilite et le redressement economique et social.

De l’annee qui finit, l’histoire ne retiendra que les atrocites, la terreur par les violations massives des droits de l’homme, ainsi que l’attestent les rapports successifs du Secretaire general de l’ONU.

Dans ma declaration du 25 novembre dernier, je vous ai longuement entretenus du climat politique, de ses consequences tragiques et j’ai esquisse la position de notre parti face au drame qui se joue dans notre pays. A un mois d’intervalle, mes propos demeurent plus que d’actualite.

Car des dates fatidiques marquent les dechainements survenus en 2004.

Les 25, 26, 27 mars et jours suivants, des limites ont ete franchies dans la repression sanglante d’une marche pacifique projetee par les militants de l’opposition au pouvoir.

Les 4, 5, 6 novembre et jours suivants, d’autres violences ont porte la deraison a son comble. En effet, suscitant ou cedant a la pression insensee des milices tribales et des organisations paralleles instrumentalisees, les forces du mal ont repris la guerre, violant ainsi le cessez-le-feu qui etait en vigueur ; elles ont cause la mort de nombreuses victimes civiles innocentes, de soldats ivoiriens et de soldats francais des forces Licorne sous mandat de l’ONU ainsi que d’un citoyen americain.

Le discredit tire de ces deux evenements funestes pour notre pays et notre prestige est sans precedent dans notre jeune histoire. La Cote d’Ivoire, economiquement brisee et diplomatiquement isolee est aujourd’hui au ban des nations !

A travers ces epreuves, le peuple dans sa quasi-totalite a prouve une grande maitrise de soi et temoigne de sa force d’ame en ne repondant pas a la violence par la violence malgre les provocations. Je tiens a saluer cette attitude responsable qui a prouve notre volonte de paix face a l’adversite.

Pourtant au cours de cette annee qui prend fin, le PDCI-RDA a ete present sur tous les fronts du combat pour le dialogue, la reconciliation et la recherche de la paix. Nos propositions de paix n’ont pas ete entendues ni suivies.

A present, ce courage doit etre cependant maintenu et renforce. Nous devons egalement nous tenir dans une perspective commune face aux echeances electorales qui sont annoncees a l’horizon de 2005. La voie de notre parti est toute tracee. Mais elle est semee d’embuches dont nous viendrons a bout si nous savons rester unis et determines. Nos deputes au Parlement ont recemment demontre la vertu de l’unite. Que cet exemple soit suivi dans toutes les instances du PDCI-RDA et par tous les Ivoiriens a quelque niveau qu’ils se trouvent.

L’annee 2005, annee nouvelle, doit etre le temps fort du militantisme pour la paix et la fraternite. Je ne doute pas que nos militants du PDCI et, au-dela d’eux, tout le peuple ivoirien, s’inscrivent dans cette bataille de la survie collective et individuelle car chacun de nous est conscient que, depuis cinq longues annees, ceux qui nous ont precipites dans le chaos par un coup d’Etat obscurantiste et destabilisateur sont incapables de maitriser la situation en adoptant un comportement reflechi fait de tolerance, de serenite et d’esprit pacifique. Ce chaos provoque par des ambitions aveugles, dix mois avant les elections prevues en octobre de l’annee 2000, ne saurait continuer sans entrainer la patrie et la nation dans un peril fatal.

L’annee nouvelle doit nous conduire a soutenir l’action des Nations unies pour un retour a la paix grace a des elections justes et honnetes hors des calculs politiciens qui nous eloignent de la democratie – notre but. Nous devons tous conjuguer nos efforts pour la preparation de ces elections sous le controle rigoureux des Nations unies si elles ne prennent pas la responsabilite de leur processus, ce que nous demandons en connaissance de cause.

Que l’annee nouvelle permette le consensus sur les nombreuses questions litigieuses non encore resolues dont notamment :

-Le reamenagement de la Commission electorale independante et du Conseil constitutionnel, ces institutions etant partisanes et monolithiques,

– l’etablissement des listings electoraux de facon consensuelle,

-la confection de cartes d’identite pour tous les electeurs sans exclusion,

– l’exercice effectif du droit de vote de tous les Ivoiriens et Ivoiriennes allogenes residant dans toutes nos localites et particulierement dans les regions forestieres ou ils produisent le cafe et le cacao, premieres richesses de la nation,

-la mise en ?uvre effective de la loi sur le financement des partis politiques votee recemment,
– l’acces de tous les partis politiques et groupes sociaux aux medias d’Etat dont il faut retablir la mission d’informer et d’eduquer.

Le droit de vote sans exclusion est pour nos populations une obligation ardente. Nous devons tous maintenir la pression et revendiquer en masse pour que cette exigence soit satisfaite entierement dans l’interet de la nation et de la democratie apaisee.

De meme, il est du devoir strict de tous les acteurs politiques d’exiger le desarmement de toutes les forces armees engagees dans la guerre des clans ou dans l’asservissement de populations assiegees.

A cet egard, je voudrais rendre un vibrant hommage a l’engagement solidaire des “ Houphouetistes ” dans la quete de la paix et de la reconciliation nationale.

Je voudrais egalement, au nom de tous, reaffirmer notre engagement par rapport aux ideaux que le PDCI-RDA incarne dans la mission de paix, de concorde et de progres economique et social.

Au seuil de l’annee nouvelle, je souhaite du fond du c?ur a chacune et a chacun d’entre vous, ainsi qu’a vos familles, une bonne et heureuse annee 2005. Qu’elle vous apporte reconfort, paix et serenite sans oublier ceux qui nous font l’amitie de vivre chez nous et qui ont ete prives de ces biens communs depuis les evenements politiques desastreux vecus par notre pays au cours du dernier mois de novembre ecoule.

Que l’annee nouvelle apporte enfin la securite, la sante, la paix et l’esperance en une Cote d’Ivoire reconciliee et forte pour sortir de la regression et de la pauvrete.

Bonne et heureuse annee a tous, aux Ivoiriens, Ivoiriennes, aux responsables des partis politiques sans exception, aux amis de la Cote d’Ivoire qui habitent ce pays.

Paix profonde a tous les Ivoiriens residant a l’etranger et qui suivent avec angoisse l’evolution des evenements en Cote d’Ivoire.

Que Dieu benisse la Cote d’Ivoire.

Fait le 28 decembre 2004
Fratmat – 31/12/2004

Henri Konan BEDIE

President du PDCI-RDA

Cliquez pour ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Côte d'Ivoire

Voir d'Autres Sujets : Côte d'Ivoire

Vous aussi, proposez-nous vos reportages photos, vidéos & écries et vous ferez peut-être la une

Envoyez tout cela à Ivoir' Press qui se chargera de la diffusion.

Mail : press@hgoah.org

          contact@ivoirpress.net

Ivoir' Press

Suivez-nous sur Facebook

Copyright © 2015 Ivoir' Press. Tous droits Réservés