ARTICLE 35 MBEKI PROPOSE LE REFERENDUM Thabo – Ivoir' Press | Presse & Portails de la Côte d'Ivoire
Monde

ARTICLE 35 MBEKI PROPOSE LE REFERENDUM Thabo

ARTICLE 35 MBEKI PROPOSE LE REFERENDUM Thabo
Ivoir' Press

Mbeki reussira-t-il la ou d’autres, notamment ses pairs francophones, ont echoue? Il est sans doute trop tot pour l’affirmer, mais force est de constater que, des rebelles au Chef de l’Etat, les acteurs politiques ivoiriens ne tarissent pas d’eloges sur les « talents » de negociateur du president sud-africain, sur le « professionnalisme » dont il a su faire preuve tout au long de sa recente mediation dans la crise ivoirienne. C’est le leader de la nation Arc-en-ciel, le digne successeur de Nelson Mandela, souligne le chef de la rebellion, Guillaume Soro. Et, rien que pour cela, nous lui devons du respect. » « Thabo Mbeki est venu me voir. Il m’a parle comme on parle a un homme, avec respect, confie, pour sa part, le President Laurent Gbagbo. Il etait chez moi le 9 novembre, lorsque l’armee francaise a tire sur de jeunes manifestants devant l’Hotel Ivoire. Il s’est fait une idee in vivo».

De fait, les uns et les autres semblent apprecier le style direct, aux antipodes des m?urs empesees du marigot d’Afrique francophone, la franchise et le « cartesianisme » de Mbeki, qui s’est rendu deux fois, en l’espace d’un mois, en Cote d’Ivoire (a Abidjan, mais aussi a Bouake, fief de la rebellion), et qui a recu a Pretoria l’ensemble des protagonistes de la crise, dont la Premiere dame de Cote d’Ivoire, Simone Gbagbo, egalement presidente du groupe parlementaire FPI (Front populaire ivoirien, au pouvoir), et l’ancien Premier ministre Alassane Dramane Ouattara. Au terme de ces entretiens et des deux visites sur le terrain (la seconde fois, il etait accompagne de hauts responsables de la Banque mondiale, du Fonds monetaire international, de l’Union africaine et de l’Union europeenne, histoire de s’impregner des multiples facettes de la crise ivoirienne), Mbeki a remis au president en exercice de l’Union africaine, le Nigerian Olusegun Obasanjo, un rapport de mission de douze pages, dans lequel il a soigneusement consigne ses observations, assorties d’une feuille de route », qu’il a pris le soin, au prealable, de faire approuver par ses interlocuteurs ivoiriens.

Dans ce rapport, egalement transmis au president du Conseil de securite des Nations unies et dont Jeune Afrique/I’intelligent a obtenu copie, le mediateur sud-africain identifie d’emblee quatre domaines d’action prioritaires: vote des lois prevues dans le cadre des Accords de Marcoussis (janvier 2003) et d’Accra III (juillet 2004) ; demarrage du processus de desarmement, de demobilisation et de reintegration des combattants rebelles; reprise des activites du gouvernement de reconciliation nationale ; instauration d’un climat permettant a l’ensemble des forces politiques et sociales de s’exprimer librement. Extraits.

1 – Le volet legislatif

«L’Accord de Marcoussis est redige de telle sorte qu’il donne lieu, par endroits, a des interpretations divergentes, ecrit Thabo Mbeki. La principale preoccupation des partis d’opposition, c’est que, bien souvent, les elus du FPI vident les projets de loi de leur substance quand bien meme les textes ont ete approuves en Conseil des ministres. Ce ne sera desormais plus le cas, puisque tous les membres de l’Assemblee nationale se sont engages a voter les projets de loi qui seront elabores dans le cadre de notre feuille de route. A preuve, a notre demande, le president Laurent Gbagbo a presente aux deputes la version amendee de l’article 35 de la Constitution [sur l’eligibilite des candidats a la magistrature supreme, (NDLR), alors que nous etions encore a Abidjan.»

2 – Le processus de desarmement, de demobilisation et de reintegration (DDR)

«L’Accord de Marcoussis indique que le processus de DDR devrait debuter aussitot le gouvernement de reconciliation nationale mis en place. L’Accord d’Accra III a meme fixe au 15 octobre 2004 la date de demarrage. Aucun de ces objectifs n’a ete atteint (…). Nous pensons que l’Operation des Nations unies en Cote d’Ivoire – Onuci – devrait veiller a la securite des Forces nouvelles (rebellion) des que le processus de cantonnement des combattants commencera. Pour garantir le succes du DDR, en tenant compte du degre eleve de suspicion entre les differents acteurs politiques ivoiriens, il serait indique d’augmenter l’effectif militaire de l’Onuci et de renforcer son mandat. Au fur et a mesure que le DDR progresse, le gouvernement de reconciliation nationale devrait etendre son autorite a l’ensemble du territoire ivoirien.»

3 – Le gouvernement de reconciliation nationale

«Tous les membres du gouvernement ne siegent pas au Conseil des ministres. Le climat general d’insecurite qui prevaut dans le pays, en particulier a Abidjan, dissuade certains d’entre eux de faire le travail pour lequel ils ont ete nommes. Cette situation a des repercussions facheuses sur l’activite gouvernementale. Elle met ces ministres dans l’incapacite de soumettre certains projets de lois a l’Assemblee nationale. Tout le monde doit donc retourner en Conseil des ministres. (…). Le gouvernement doit fonctionner comme une equipe, qui applique un programme commun, et cesser de fonctionner comme une federation de partis politiques. Les ministres ne doivent plus recevoir des instructions des etats-majors politiques. (…). Le president et le Premier ministre se sont engages a travailler ensemble a changer cet etat des choses. »

4 – La creation d’un climat propice a la libre expression des forces politiques et sociales

«Le sentiment d’insecurite est general. A Abidjan, certains redoutent les activites des Jeunes patriotes ainsi que d’autres mi-lices. Dans le nord du pays, les militants du FPI et d’autres partis politiques sont bannis et ne peuvent pas exprimer leur sensibilite. (…) Cette situation d’insecurite est aggravee par la liberation illegale de quelque 4000 prisonniers de droit commun lors des violences de debut novembre. Ces derniers seraient responsables de la recrudescence des actes de violence et de vandalisme a Abidjan. (…) Certains de nos interlocuteurs ont egalement evoque les medias de la haine, l’apologie de la xenophobie, l’interdiction de certains journaux proches de l’opposition et de la rebellion. Le President Gbagbo nous a explique qu’aucun journal n’avait ete officiellement interdit, mais que les bureaux de certains journaux avaient ete saccages lors des manifestations violentes de novembre a Abidjan. Notre mission a ete informee que certains de ces journaux etaient de nouveau en vente. Le president Gbagbo s’est engage a faire en sorte que la situation a la Radiotelevision ivoirienne (RTI) retourne a la normale. Il a toutefois fait remarquer que les emissions de la RTI etaient toujours brouillees dans les zones tenues par les Forces nouvelles, qui disposent de leur propre systeme de communication auquel leurs compatriotes du Sud n’ont pas acces. Le President Laurent Gbagbo s’est egalement engage a demander aux Jeunes patriotes de quitter la rue. Il a tenu sa promesse. Le Premier ministre estime qu’il faut desarmer les milices. L’Onuci, pour sa part, a accepte de reprendre ses patrouilles conjointes avec les militaires ivoiriens.»

Dans son rapport, Thabo Mbeki a, par ailleurs, souleve l’epineuse question de la necessite ou non de soumettre a referendum l’article 35 amende. « Notre opinion, ecrit-il, c’est que le referendum pourrait jouer un role important dans le processus d’unite nationale et de reconciliation. […] Nous avons beaucoup insiste sur ce point lors de notre rencontre avec les deputes FPI : une fois l’article 35 amende, ce serait de la responsabilite de tous les parlementaires de faire campagne, lors du referendum, pour son adoption par le peuple. Bien entendu, la meme observation s’applique aux autres leaders politiques. »

Le president sud-africain termine son rapport par une serie de recommandations (approuvees, dit-il, par l’ensemble de la classe politique). Si le plan Mbeki est respecte, l’ensemble des textes legislatifs devraient avoir ete votes dans deux mois. Le DDR devrait demarrer fin decembre 2004 pour s’achever au plus tard en avril 2005. Tout le monde devrait reprendre sa place en Conseil des ministres entre Noel et le jour de l’an, et l’administration entamer son deploiement sur l’ensemble du territoire dans un delai de un a trois mois. Si tout va bien…

FRANCIS KPATINDE

Fratmat – 30/12/2004

Cliquez pour ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Monde

Voir d'Autres Sujets : Monde

Vous aussi, proposez-nous vos reportages photos, vidéos & écries et vous ferez peut-être la une

Envoyez tout cela à Ivoir' Press qui se chargera de la diffusion.

Mail : press@hgoah.org

          contact@ivoirpress.net

Ivoir' Press

Suivez-nous sur Facebook

Copyright © 2015 Ivoir' Press. Tous droits Réservés