À PROPOS DES 95 PERSONNES MENACÉES : UN PROCUREUR SAISI… · …Mais la liste reste secrète – Ivoir' Press
Côte d'Ivoire

À PROPOS DES 95 PERSONNES MENACÉES : UN PROCUREUR SAISI… · …Mais la liste reste secrète

À PROPOS DES 95 PERSONNES MENACÉES : UN PROCUREUR SAISI… · …Mais la liste reste secrète
Ivoir' Press

Alpha Oumar Konaré :
“Il faut indiquer a certains pays d’éteindre leurs filières de mercenaires”

Les sommets d’Abuja se suivent et ne se ressemblent pas. En novembre dernier, au lendemain de la grave crise ivoiro-française, l’Union africaine (UA) a servi de bras séculier à la France pour l’adoption de la Résolution 1572 du Conseil de sécurité des Nations unies. Depuis hier, l’UA veut nettoyer devant sa propre porte et s’occuper de ses oignons.

A l’ouverture de la 4eme assemblée générale ordinaire du sommet des Chefs d’Etat et de gouvernement, Alpha Oumar Konaré, président de la Commission de l’UA, a axé son discours sur la question sécuritaire. De ce fait et revendiquant le « principe de non-indifférence », il a été sans quartier pour les déstabilisateurs des Etats africains. D’une part, il a reproché aux pays tiers qui sont les partenaires de l’Afrique, de soutenir et d’armer les mouvements d’opposition. “Il nous faut faire passer un message à l’endroit de tous les partenaires pour qu’ils dissuadent les mouvements d’opposition qui ont trouvé asile chez eux, de continuer à utiliser les armes quand les conditions d’un dialogue sont réunies avec la garantie de la communauté internationale et africaine », a-t-il déclaré. D’autre part, il a sévèrement condamné les pays africains qui entretiennent le mercenariat sur leur territoire. « Il nous faut aussi indiquer très clairement à certains pays d’éteindre leurs filières de mercenaires. Nous devons être rigoureux dans le traitement du mercenariat », a-t-il déclarèen dénonçant l’utilisation des enfants soldats et les violences faites aux femmes.

Chantant à l’unisson avec Kofi Annan, secrétaire général de l’ONU, Konaré reste convaincu que « si la sécurité du continent ne s’améliore pas, aucun développement n’est possible ». Car, selon Kofi Annan, « la sécurité et le développement sont intimement liés ». C’est pour cette raison que si le président de la Commission de l’UA avoue que depuis le sommet du Conseil de paix et de sécurité de l’UA à Libreville (10 janvier 2005), des pas importants ont été franchis, il reconnaît que des obstacles subsistent qui nécessitent que l’UA prenne le taureau par les cornes pour faire revenir la paix aussi bien en Cote d’Ivoire qu’au Darfour et en République démocratique du Congo, par « des décisions et des actions énergiques et franches ».
Le Chef de l’Etat nigérian, président en exercice de l’Union africaine, est de cet avis. Pour lui, il faut des réponses concrètes et urgentes aux conflits en Afrique, surtout qu’à Libreville, des principes clairs ont été réaffirmés au nombre desquels, si l’on en croit Alpha Oumar Konaré, l’exigence de l’ouverture politique au sens certainement d’élections crédibles et ouvertes, la réunification et le désarmement en Cote d’Ivoire, l’appel au dialogue entre les parties, l’exigence de l’unité de nos pays dans le respect de la diversité et du pluralisme, la condamnation des rébellions avec le refus de la prise du pouvoir par des moyens non constitutionnels.

La Côte d’Ivoire étant, selon Olusegun Obasanjo, un pays essentiel non seulement pour la sous-région ouest-africaine, mais pour tout le continent, il a lancé un appel pressant aux protagonistes de la crise ivoirienne afin qu’ils aident l’UA à les aider. Dans tous les cas, selon lui, des décisions concrètes concernant cette crise qui n’a que trop duré, vont être prises à l’issue du sommet.

Le secrétaire général de l’ONU n’est pas resté insensible aux efforts que déploie l’organisation africaine pour faire revenir la paix sur le continent. Il a salué le déploiement des soldats africains au Darfour de même que la médiation de l’UA sur le théâtre des opérations. C’est pour soutenir ces efforts que Kofi Annan a annoncé la mise sur pied d’une Commission de paix devant permettre des luttes résolues contre la prolifération des armes légères et lourdes. Dans ce cadre, il promet de renforcer les relations entre l’ONU et l’UA, parce que, selon Kofi Annan, l’Afrique doit jouer un rôle essentiel. « La contribution de l’Afrique est indispensable », a-t-il soutenu, surtout que nombre de sujets qui vont être débattus à cette rencontre de septembre intéressent au premier chef le continent.

En effet, l’Afrique veut avoir son mot à dire sur la réforme du système des Nations unies. A ce sujet, le sommet d’Abuja a entendu l’exposé du président du groupe africain à New York. Car, en septembre prochain, l’Afrique ne voudra pas être la cinquième roue de la charrette dans la démocratisation de l’organisation mondiale, ce d’autant plus que des pays africains dont le Nigeria et l’Afrique du Sud sont candidats pour siéger parmi les pays permanents du Conseil de sécurité. Pour ce faire, « nous devons élargir et renforcer nos représentations à l’extérieur (…). Nous devons parler d’une même voix, une voix forte et unie. Nous devons affirmer une stratégie d’influence africaine », a recommandé Alpha Oumar Konaré qui a présenté un programme très ambitieux dont le NEPAD représente l’instrument. Il s’agit de l’éradication des pandémies, de la production en Afrique de médicaments génériques, de la réalisation d’infrastructures gigantesques comme la route et le rail Dakar-Djibouti ou le Caire-Le Cap, la mise en valeur de grandes zones de production agricoles, etc.

Mais ces « actions concrètes qui sont celles qu’il faut pour changer nos dures réalités » nécessitent de gros moyens financiers qui font cruellement défaut à l’Afrique. De sorte que cette prise en charge de l’Afrique par elle-même pourrait relever du rêve.
Signalons qu’après les débats à huis clos, le sommet prend fin aujourd’hui.


Kofi Annan :
“L’Onu ne va pas rendre publique la liste”

La publication de la liste des personnes censées être des obstacles au retour de la paix ou incitant à la haine et à la violence n’est pas à l’ordre du jour à l’ONU. Hier, Kofi Annan a voulu mettre un terme a la campagne de presse que mène depuis quelques jours Radio France internationale. Au cours de la conférence qu’il a prononcée à la fin de la cérémonie d’ouverture du sommet de l’Union africaine, le secrétaire général de l’ONU, sans totalement démentir l’information diffusée par la Radio mondiale, a précisé que les Nations unies ne vont pas divulguer la liste des Ivoiriens qui bloquent le processus de paix afin de ne pas enrayer le processus de paix.

Car, Kofi Annan a affirmé sa totale confiance en la médiation de Thabo Mbeki. « Nous soutenons le Président Thabo Mbeki pour son engagement et le travail très efficace qu’il fait en Cote d’Ivoire », a-t-il dit en substance. C’est pourquoi, il s’est démarqué des positions adoptées par la rébellion. Celle-ci, selon lui, n’accomplit pas sa part du contrat politique conclu en décembre dernier avec le médiateur de l’Union européenne. Dès lors, Kofi Annan a invité les ministres issus de la rébellion à reprendre leur place au sein du gouvernement de réconciliation. Quant au désarmement, le secrétaire général de l’ONU soutient qu’il est irréversible et doit être mis en œuvre afin que le pays soit réunifié.


Res publica

Minit-sommet. Les Présidents Olusegun Obasanjo du Nigeria, Laurent Gbagbo de Côte d’Ivoire et Thabo Mbeki d’Afrique du Sud ont eu une séance de travail avant l’ouverture du sommet. Nul doute qu’il a été question de la crise et de la médiation du Président sud-africain qui a rencontré récemment le PDCI-RDA, le RDR et les Forces nouvelles à Pretoria.

Règlement de compte. Le Président Omar Bongo Ondimba a eu certes les honneurs militaires, mais aucune autorité officielle nigériane ne s’est déplacée pour l’accueillir au bas de l’échelle de coupée. Certains expliquent cela par le rôle qu’il aurait joué pour faire échouer le sommet sur le Darfour qui s’est tenu à Abuja il y a quelques mois.

Honneurs militaires. Samedi à 18h 15 (17h 15 GMT), le détachement des forces armées nigérianes présent à l’aéroport international Nnamdi Azikiwe pour rendre les honneurs militaires aux Chefs d’Etat s’est retiré. Résultat, les délégations arrivées en ce moment ou après comme la Cote d’Ivoire, l’Ouganda, la Guinée Equatoriale et le Sénégal n’ont pas eu droit à l’exécution de l’hymne de l’Union africaine.

Location. La Ligue arabe a participé à l’assemblée de l’Union africaine. Son secrétaire général qui est venu négocier une place d’observateur pour le compte de l’organisation, est arrivé a bord d’un avion de location appartenant à la compagnie Luxior Air.

Animation. Les Présidents Eyadema du Togo et Obiang Nguema Mbasogo de Guinée Equatoriale ont été accueillis par des groupes d’animation. La petite communauté ivoirienne a réservé un accueil chaleureux à Laurent Gbagbo aux cris de « Gbagbo Président » « Woody, c’est toi qu’on veut ».

Avions. L’arrivée des Chefs d’Etat a occasionné un ballet d’avions. Les Gruman disputaient la piste d’atterrissage aux Airbus, Boeing et autres Illiouchine (à bord duquel est arrivé le Président Omar El Bechir du Soudan).

Délégation. La délégation officielle du Chef de l’Etat comprend les ministres d’Etat Bamba Mamadou (Affaires étrangères) et Mel Eg Théodore (Intégration africaine), Mme Sarata-Ottro (directeur de cabinet adjoint), Désire Tagro Asségnini (porte-parole de la Présidence) et Voho Sahi (Conseiller spécial du Chef de l’Etat).

Record. La 4eme assemblée générale de l’Union africaine a battu les records de participation. Plus de quarante Chefs d’Etat sont présents. Au nombre des absents, on compte Lansana Conte de Guinée, Mohamed VI du Maroc, Mouamar Kadhafi de Libye, Paul Biya du Cameroun et Idriss Deby du Tchad.

Envoyé spécial à Abuja (Nigeria)

 

Auteur: Bi Bally Maurice FERRO

Frat-mat – 31/01/2005

Cliquez pour ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Côte d'Ivoire

Voir d'Autres Sujets : Côte d'Ivoire

Vous aussi, proposez-nous vos reportages photos, vidéos & écries et vous ferez peut-être la une

Envoyez tout cela à Ivoir' Press qui se chargera de la diffusion.

Mail : press@hgoah.org

          contact@ivoirpress.net

Ivoir' Press

Suivez-nous sur Facebook

Copyright © 2015 Ivoir' Press. Tous droits Réservés