A LA JEUNESSE DE LA REGION DE DJIKIDJOH – Ivoir' Press | Presse & Portails de la Côte d'Ivoire
Politique

A LA JEUNESSE DE LA REGION DE DJIKIDJOH

DJEGOUE ZADI ALAIN
A LA JEUNESSE DE LA REGION DE DJIKIDJOH
Ivoir' Press

Mes chers frères et soeurs, je vous ai maintes fois appelés à la modération dans vos comportements par rapport à la situation politique de notre pays, et je voudrais ici vous remercier de m’avoir écouté, car vous êtes restés calmes et sages durant toute la campagne électorale et l’élection elle-même qui en réalité n’ont existé que de nom, puisque les vainqueurs et les perdants étaient déjà connus.

Il y a des moments de la vie où il faut renoncer à forcer le destin. Dieu a un plan pour tous et pour chacun de nous. Je vous exhorte à continuer d’être sages. Jamais je ne vous dirai de ne plus vous intéresser à la politique,car non seulement je ne serais jamais écouté si je vous le disais, mais il n’y a pas de développement sans la politique. Et donc aussi longtemps que vous croirez en vos leaders politiques comme étant ceux qui peuvent réaliser vos rêves, personne ne pourra vous en dissuader.

Les élections, il y en aura encore. Les législatives, les municipales et les régionales. Allez-y si vous n’y voyez aucun inconvénient. Abstenez vous-en si au contraire, vous y voyez des germes de troubles pour la paix sociale, mais ne tentez jamais d’empêcher qui que ce soit de voter.
Je m’attends à des attaques de la part de ceux qui voient les pro-Ouattara partout, mais je suis serein parce que je sais que je n’en suis pas un, et jamais cela ne sera vrai. Ce qui m’intéresse, c’est la paix, votre paix, celle là qui seule peut vous permettre de vaquer à vos occupations quotidiennes. En Afrique, c’est à elle et à elle seule que je crois depuis 2010.
Tous ceux-là qui vous miroitent des promesses de toutes sortes sont des imposteurs, et vous le savez très bien. Cependant, puisqu’il vous faut des représentants politiques, jamais je ne vous déconseillerai de voter si votre vie, et votre paix ne sont pas menacés.

Venons-en au vrai motif de cette adresse qui ne sont d’autres que les malheureux événements de NèKo 1, le village de feu Boga Doudou qui sont d’actualité dans tout le département depuis peu. J’ai la version originale des faits, car je suis en contact permanent avec des personnes originaires de ce village qui ont vu leurs biens partir en fumée. Voici ce que je souhaite qui soit évité chez nous à Djikidjoh. Et je compte sur vous pour que cela soit effectivement évité. Je vous épargne le récit des faits, car quoi qu’il en soit, vous savez que jamais il n’y a de fumée sans feu, même si je condamne avec la dernière énergie la barbarie dont les Dozos ont fait montre, une fois encore. Ces gens-là, n’attendent que ce genre d’occasions pour passer à l’acte. Ne la leur donnez jamais. Aujourd’hui, ils sont indéniablement les plus forts, pensant qu’ils le seront éternellement. Non, ils se trompent. La roue de la politique, elle roule doucement, mais elle roule quand-même. C’est sûr qu’il seront les plus faibles un jour ou l’autre.

Que ces tristes événements soient donc définitivement une leçon pour vous, chers frères et sœurs. Je vous le dis la main sur le cœur. N’écoutez jamais ceux qui vous poussent à affronter les plus forts, car c’est vous qui serez perdants, et par ricochet, c’est nous tous qui allons pleurer. Tous ceux de nos frères qui vous disent qu’ils sont politiquement opposés au régime en place le sont parce qu’ils n’ont pas encore eu l’occasion de manger avec ceux qui gouvernent.

Nous vivons ici en France l’exemple le plus frappant. Tous ceux qui me traitaient de pro-Ouattara sont aujourd’hui entrain de flirter avec les personnalités du RDR. Le président de l’AJEZIF par exemple n’arrête pas de parler du soutien financier de monsieur Zakpa Koménan du RDR, président du conseil régional de Lôh Djiboua et du maire RDR de Lakota. Quand ces personnalités viennent ici, nous les « Pro-Ouattara » ne savons même pas où ils les reçoivent. Si le ridicule tuait, ces gens-là seraient déjà morts. Ce sont des traîtres dans tous les sens du mot.

En Côte d’Ivoire, Dieu nous a donné une seule personne qu’on appelle Laurent Gbagbo. Je le dis pour l’avoir pratiqué au plus fort de sa lutte pour l’avènement du multipartisme aussi bien en Côte d’Ivoire qu’ici en France pendant qu’il était en exil. Je vous rappelle pour ceux d’entre vous qui ont mon âge, que quand ce monsieur avait trouvé des millions de CFA sur son compte bancaire à son retour d’exil en 1988, il avait organisé immédiatement une conférence de presse au cours de laquelle il avait invité le président Houphouet à reprendre cet argent pour le reverser dans les caisses de l’État, car il ne l’avait pas mérité pour n’avoir pas travaillé puisqu’il était en exil. Et pour éviter toutes ambiguïtés, Laurent Gbagbo avait déplacé son compte dans une autre agence.

Qui d’autre, parmi tous ceux qui crient Gbagbo! Gbagbo! est capable d’une telle honnêteté? Je ne vois personne. Alors, continuez d’être modérés comme vous êtes, votre tour viendra un jour.

Salut à vous.

Votre frère Alain Zadi Djégoué de Paris.

Cliquez pour ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir d'Autres Sujets : Politique

Vous aussi, proposez-nous vos reportages photos, vidéos & écries et vous ferez peut-être la une

Envoyez tout cela à Ivoir' Press qui se chargera de la diffusion.

Mail : press@hgoah.org

          contact@ivoirpress.net

Ivoir' Press

Suivez-nous sur Facebook

Copyright © 2015 Ivoir' Press. Tous droits Réservés