750 MÉDECINS CHÔMEURS : SCANDALEUX ! – Ivoir' Press | Presse & Portails de la Côte d'Ivoire
Santé

750 MÉDECINS CHÔMEURS : SCANDALEUX !

750 MÉDECINS CHÔMEURS : SCANDALEUX !
Ivoir' Press

La galère des 750 médecins au chômage

Plateau, direction des examens et concours de la Fonction publique en cette fin du mois d’octobre 2004. La cour grouille de monde. Sur les tableaux d’affichage, les uns consultent les résultats. Les autres prennent des renseignements sur les concours à venir. D’autres encore se bousculent devant le guichet de paiement des fiches d’inscription. Parmi ce lot de candidats à un premier emploi, des médecins, des pharmaciens et des dentistes. Ils sont là pour les formalités administratives du concours de recrutement au titre de 2004. Pour cette année, 130 places pour les médecins, 25 pour les pharmaciens et 10 pour les dentistes sont disponibles. Les premiers sont les plus nombreux à concourir. Quatre cents à cinq cents, selon les postulants.

“ Nous sommes venus prendre les fiches d’inscription”, explique un jeune médecin. Sur les visages d’un groupe de candidats qui discutent loin des guichets, se lit la fatigue. Le désespoir aussi.

Dr Jean, c’est ainsi que le premier élément de ce groupe qui a décidé de parler, s’est présenté. Pour lui, les jeunes médecins ivoiriens vivent un drame. Celui de perdre l’espoir après tant d’années passées à l’université. “ Nous sommes les seuls à passer huit ans d’affilée à la fac. Nous n’avons pas de diplôme intermédiaire. C’est le doctorat ou rien. Nous ne sommes même pas autorisés à être des infirmiers. Alors, nous faire souffrir au bout de toutes ces peines est injuste ”, soutient-il.

Dr Jean passe le concours pour la deuxième fois. L’année dernière, il a échoué. “ Je ne sais pas ce qui n’a pas marché ”, avoue-t-il. Sa réponse à la question a suscité une réaction vive du groupe. “ Un bon médecin est-il celui qui connaît le mieux l’administration ivoirienne ? Si nous avons obtenu le doctorat, c’est parce que nos maîtres qui nous ont formés durant huit années au moins, nous ont jugés aptes à exercer. Qu’on arrête de nous fatiguer ”, lance un membre du groupe. Et un autre de menacer : “ Tout cela nous arrive parce que nous sommes pacifiques. Si nous descendons dans la rue, les choses vont s’arranger. Et nous allons y arriver un jour, si les choses continuent d’être ce qu’elles sont actuellement ”. Les jeunes médecins “estiment scandaleux, comme le Chef de l’Etat, d’avoir des médecins au chômage en Côte d’Ivoire ”. “ Il connaît nos problèmes. Nous attendons de voir ce qu’il fera désormais ”, affirment Dr Jean et ses amis.

Pour eux, “ il a toujours été scandaleux de prendre 1300 à 1500 policiers par an. Or des policiers, notamment les commissaires et les officiers, ont même une bourse supérieure au salaire de base des médecins débutants ”. “ Nous espérons que cette injustice sera réparée maintenant avec la déclaration du Président Gbagbo ”, ajoutent-ils.

Selon ces jeunes médecins, “ la Côte d’Ivoire n’accorde pas encore de l’importance à la santé de ses populations ”. Ils pensent “ qu’aucune politique réelle n’est mise en place depuis la disparition du Président Félix Houphouët-Boigny pour combler le grand déficit en personnel de santé ”.

“ La norme de l’Organisation mondiale de la santé est 15 consultations par jour pour un médecin. Mais dans nos formations sanitaires, les praticiens vont jusqu’à 120 consultations quotidiennes”, soutiennent des candidats. Ils indiquent qu’en la matière, après 30 consultations journalières, un médecin fatigué devient un robot. Par conséquent, il n’est plus efficace ”. Donc, la solution aux mauvais diagnostics réside dans le recrutement suffisant de personnel médical.

Sur un ton coléreux, Dr Jean reprend la parole. “ J’ai eu parfois envie de tout abandonner. Ce n’est pas sérieux, le calvaire que nous vivons ”. “ C’est vrai. Il a raison ”, clament les autres.
En fait, le véritable problème des médecins en quête d’un premier emploi est la perte de toute assistance sociale dont ils bénéficiaient, une fois qu’ils ont soutenu leur thèse. Plus de chambre en cité universitaire. Plus de bourse. Pas de travail. La vie devient difficile, sans revenu pour des titulaires d’un Doctorat d’Etat, de plus en plus nombreux au fil des ans. Surtout qu’ils savent que le pays a besoin d’eux. “ Pensez-vous que nos parents qui nous ont soutenus durant des années doivent continuer de le faire après huit années d’études supérieures ? ”, interroge Dr Jean.

Son ardeur encourage les autres. Et l’un d’entre eux de dire : “ Il ne sert plus à rien d’aller perdre son temps à la Faculté de Médecine. Il vaut mieux aller ailleurs où après quatre ans d’études, on peut espérer mieux que les 250 mille francs de salaire de médecin ”.

La discussion porte à nouveau sur les matières dans lesquelles les compositions vont avoir lieu le 13 novembre, date initiale du concours. Les candidats récusent une fois de plus “ les matières de connaissance générale qui n’ont pas de sens”. Ils se plaignent également du fait que les enseignants de la faculté qui les ont formés ne soient pas associés à la sélection.
En attendant d’être intégrés à la Fonction publique, ceux qui ont de la chance “ se débrouillent dans les CHU et les cliniques privées ”. Mais là encore, les choses se compliquent ces deux dernières années, avec la crise ivoirienne. Les médecins sortis des zones de guerre sont venus sur le marché déjà précaire du privé. “ Disposant d’un salaire mensuel de fonctionnaire, ils agissent aussi de façon négative sur les tarifs des prestations ”, estiment leurs cadets.

Les gardes de nuit ou les consultations dans le privé se font désormais entre cinq mille francs et dix mille francs. “ Nous sommes obligés de travailler au noir parce que nous avons besoin de vivre et de faire vivre nos familles ”, soutient Dr Jean. Il ajoute que la misère dans laquelle ils vivent poussent certains de leurs amis à pratiquer des curetages.

Les dentistes semblent moins bavards. Ils ne sont pas nombreux comme les médecins. Les dix places de cette année sont peu. Cependant, cela n’altère en rien la motivation de Dr Y. S qui passe, elle aussi, pour la deuxième fois consécutive le test d’entrée à la Fonction publique. “ J’espère que cette fois-ci sera la bonne ”, affirme-t-elle.

Jointe quelques jours après le concours qui a eu finalement lieu le 17 novembre (à cause des événements de novembre), Dr Y. S dit être confiante.

Contrairement à elle, Dr Jean est plutôt inquiet du fait de la corruption qui gagne du terrain au niveau des concours de la Fonction publique.

Il est revenu sur son désir, qui du reste, est partagé par l’ensemble des jeunes médecins, de voir le concours supprimé et l’intégration par ordre d’année de soutenance. Seront-ils entendus ? C’est possible avec “ c’est scandaleux de voir des médecins au chômage dans un pays sous-développé» du Président Laurent Gbagbo.

Fratmat – 18/01/2005

 

Cliquez pour ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Santé

Voir d'Autres Sujets : Santé

  • Jambon : 7 erreurs à éviter quand vous l’achetez

    © Medisite Jambon : 7 erreurs à éviter quand vous l’achetez En sandwich, avec une salade ou même...

  • Le Parti ivoirien du peuple condamne les enlèvements d’enfants

    Contre les enlèvements d’enfants et les sacrifices rituels d’enfants, Contre les adoptions forcées, illégales et criminelles, Contre...

  • Le pape dans un état stable à l’hôpital Gemelli de Rome

    CITE DU VATICAN (Reuters) – L’état de santé du pape Jean Paul II s’est stabilisé mercredi, mais il devra rester plusieurs jours à l’hôpital Gemelli de Rome où il a été admis d’urgence la veille au soir en raison de complications respiratoires. Le porte-parole du Vatican, Joaquin Navarro-Valls, a précisé que le...

  • OURAGAHIO ATTAQUEE

    • 12 morts, 20 blesses • Le chef d’etat-major Mangou sur le terrain • A l’origine, une affaire de plantation .Le departement de Gagnoa est en proie a des attaques repetees qui ont fait plusieurs victimes dans la sous-prefecture de Ouragahio dont un village paye le lourd tribut aux rivalites autochtones-allogenes. La...

  • La France a transfuse l’Afrique avec du sang contamine

    Le Dr Claude Samuel, qui a revele le scandale du sang contamine en France, accuse Le scandale du sang contamine francais a eclabousse l’Afrique. Selon le Dr Claude Samuel, qui a revele l’affaire en France, les autorites francaises ont sciemment laisse exporter vers le Continent du sang infecte par le virus du...

Vous aussi, proposez-nous vos reportages photos, vidéos & écries et vous ferez peut-être la une

Envoyez tout cela à Ivoir' Press qui se chargera de la diffusion.

Mail : press@hgoah.org

          contact@ivoirpress.net

Ivoir' Press

Suivez-nous sur Facebook

Copyright © 2015 Ivoir' Press. Tous droits Réservés